Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Best of Cinephil - visitez cette catégorie pour consulter mes meilleurs articles (5)
· Cinéma Québécois (26)
· Critiques (3)
· Histoire du Cinéma (7)
· Théorie du Cinéma (4)

Rechercher
Derniers commentaires

cela fait déjà plusieurs années que j'ai vu cette vidéo... a mon souvenir il s'agit d'une fiction mettant en s
Par cinephil, le 08.01.2014

es-ce vraiment les vrai images et les vrai personnage ou le tous a été refait avec des acteurs ?
Par Simon Ratthé, le 03.01.2014

ce personnage nommé charly chaplin ou charlot est un des étoiles du cinéma et que bien sur cette dernière ne p
Par chaimae, le 12.12.2012

j'aimerais dire que jean-luc godard, réalisateur et scénariste de à bout de souffle, s'est inspirer avec gille
Par Anonyme, le 13.11.2012

criss que c platehttp://df asdfsdfsdf.cen terblog.net
Par asfdasdfas, le 14.02.2012

Voir plus

Articles les plus lus

· Charlie Chaplin et Buster Keaton
· La théorie de la sémiologie appliquée au film
· Godard : Bande à Part. Esthétique de la digression
· Le montage chez Méliès
· Mourir à Tue Tête (Québec)

· Les Invasions Barbares (Québec)
· Approche théorique du cinéma de Fassbinder
· Les années 70, innovations thématiques et plastiques
· quiconque meurt meurt à douleur
· L'Erreur boréale
· Dead Man (USA)
· La sexualité dans le cinéma expérimental
· Gas Bar Blues (Québec)
· Bûcherons de la Manouane (Québec)
· max tessier

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· fotophil


Statistiques

Date de création : 16.01.2008
Dernière mise à jour : 29.10.2009
51 articles


Mourir à Tue Tête (Québec)

Publié le 19/01/2008 à 12:00 par cinephil
Mourir à Tue Tête (Québec)
Mourir à Tue Tête
Anne Claire Poirier
Drame, 1979, 1h 35min.

Par Philippe Beauregard

Mourir à Tue Tête raconte l’histoire d’une réalisatrice et de son projet filmique, un document pour ainsi dire provoquant qui souhaite dire la vérité, crue et sans détours, sur la réalité du viol, le viol d’une femme. On y vois à la fois la réalisatrice, Anne Claire Poirier qui s’est mise en scène elle-même, et son assistante, toutes deux assises à la salle de montage, commentant les segments de film qui sont aussi donnés à voir au spectateur. Ce film est celui d’une femme qui, rentrant chez elle, se fait enlever et séquestrer dans un fourgonnette pour se faire brutalement violer par un homme qui est sans respect envers le sexe féminin. C’est aussi les longs mois qui suivent ce viol, durant lesquels cette femme se sent transformée en son intérieur, incapable d’aimer à nouveau. Finalement, le tout est parsemé de capsules informatives sur l’excision et le viol des femmes par les soldats pendant les guerres.

Mourir à Tue Tête est un film ostensiblement féministe et si le discours qui y est tenu sur le viol est à la fois vrai et même plutôt troublant, on lui reprochera par contre de mettre la femme dans une position de victime universelle à l’aide d’un propos peut-être un peu trop alarmiste. Par exemple, lorsqu’une protagoniste affirme qu’aucun homme ne sait ce que c’est de se faire violer, n’importe qui aurait raison de s’insurger contre une telle affirmation. On ne peut toutefois pas enlever à Anne Claire Poirier qu’elle fut une des pionnières du cinéma militant féminin au Québec et c’est déjà un fait remarquable pour une femme de faire du cinéma dans les années 70. Le viol qu’elle présente dans son film est certes l’un des plus ignobles mais elle ne manque pas de rappeler que le viol a plusieurs facettes, de l’inceste jusqu’à l’excision ; pratique qui consiste à arracher à la femme son droit au plaisir sexuel. Le film questionne aussi le rôle de la justice face au viol. La scène du viol est majoritairement montrée en point de vue subjectif, de façon à faire ressentir au spectateur ce que c’est d’être violé. On a souvent dit de l’œuvre de Anne Claire Poirier qu’elle était marquée d’une violence graphique. Dans le cas de Mourir à Tue Tête, celle-ci explique que c’est le sujet qui est violent, non le film, le sujet impose la violence du propos. Le traitement filmique se situe à cheval entre la fiction et le documentaire, il est en fait monté à la manière d’un patchwork. La trame fictive, qui en fait l’est plus ou moins, est celle de la réalisatrice travaillant son projet de documentaire sur le viol. Le reste est un amas de scènes à caractère informatif et/ou subjectif provenant de sources féminines. Le seul personnage masculin du film, celui qui est l’amoureux de la femme violée, sert à montrer qu’un viol détruit aussi une vie de couple.


DERNIERS ARTICLES :
10 000
Merci à tous ! 10 000 visites en 20 mois, ça fait une moyenne de 500 visites par mois !! C'est pas énorme mais j'en suis fier ! Continuez de me visiter et de laisser des
Top 51
Voici une liste alphabétique non exaustive de mes 50 (ou plutôt 51) films préférés, ceux que je recommande le plus. Et pourquoi pas, en anglais, puisque j'habite mainten
The Hole (Taiwan)
Le trou Par Philippe Beauregard Imaginez un instant la situation suivante : vous marchez sur la rue et passez devant le cinéma. Un homme est debout devant l’édifice
Yi Yi ; Pour l’honnêteté de la démarche
Par Philippe Beauregard 25 février 2009 Edward Yang à été réalisateur de cinéma à Taiwan – un peu en retard dans les nouvelles, j’ai appris récemment qu’il est décédé
Merci à tous
5000 visites en un an ! C'est un résultat inespéré ! Merci à vous tous qui avez visité mon blog, laissé vos commentaires et contribué à la popularité de ce modeste blog.
forum